Quand mariage et repassage font bon ménage…

….ou comment dépasser une déception…

Samedi 12 septembre 2020 : mariage de S. & H.

La date est notée depuis des mois dans mon agenda. J’ai tout organisé pour y être : billets d’avion et logement, mode de garde pour les enfants, voiture de location. Et puis, la veille du jour J, impression des cartes d’embarquement. Douche froide. Les horaires ont été décalés de plusieurs heures. Pas impossible d’y aller objectivement, mais sacrément plus fatigant (se lever à 5h un jour de mariage et à 7h le lendemain en plein rush de rentrée, comment dire… ?)

C’est tellement difficile de revenir sur sa décision quand on a investi tant d’énergie dans un projet ! Nous décidons finalement de renoncer à ce voyage. C’est la meilleure chose à faire.

Le week-end se passe, et je me sens comme absente : j’ai du mal à être ici alors que j’avais projeté d’être ailleurs. Je laisse faire, me disant que la fin du week-end arrivera et règlera d’elle-même cette sensation désagréable.

Lundi matin arrive, et la léthargie est toujours là. Comment sortir de la déception si forte d’avoir manqué un évènement auquel je tenais ? Après avoir un peu tournicoté dans ma tête, j’ai THE idée : REPASSER mon linge ! Whaat ??? En fait, je ne repasse à peu près jamais. Mais là, je sens que c’est ce qui me fera du bien. Pour dépasser ma déception et retrouver de l’énergie, il me faut trouver une activité qui coche toutes les cases :

  • facile – il ne s’agirait pas de me retrouver en situation d’échec
  • relativement rapide – pour ne pas que le découragement me guette en cours de route
  • tangible – j’ai besoin de voir un résultat
  • qui me tourne vers les autres – pour sortir du cercle vicieux qui tourne à vide dans ma tête
  • qui sorte de mon quotidien habituel – j’ai besoin de remplacer l’évènement que j’ai manqué par quelque chose d’un peu exceptionnel
  • gratuit – je n’en attends rien d’autre que la satisfaction de l’avoir fait
  • qui me fasse plaisir – eh oui ! Aussi étonnant que cela puisse paraître, aujourd’hui, cela me fait plaisir de repasser !

Et le repassage, ça marche ! Surtout qu’une lessive, suspendue depuis le début du week-end, me tend désespérément les bras ! Quelle merveilleuse sensation de victoire quand on réussit enfin à se défaire d’un sentiment négatif envahissant !

 

Et toi, comment fais-tu pour dépasser tes déceptions ?

Cov-idées de rentrée

Retour à l’université… Après 6 mois d’absence.

C’est sûr, j’ai continué de travailler, un peu comme j’ai pu, j’ai validé mon année, et puis, j’ai pu revoir mes potes entre temps aussi. Mais c’était bizarre, après le confinement, on avait complètement perdu nos marques. On ne savait plus trop comment se comporter, ce qu’on pouvait faire ou ne pas faire. Et même si on essaie de se dire qu’on s’en fout, parce qu’après tout, on n’est pas à risque, dans le fond, on ne s’en fout pas complètement. Et puis, il y a eu les vacances. Et là, on va recommencer à se voir tous les jours. Mais on sera tous masqués. On devra garder nos distances. La grande joie des retrouvailles de début d’année sans une bise, sans une poignée de mains, sans une embrassade… Comment continuer à avoir des amis si on ne peut plus s’en approcher ?

Drôle d’ambiance, et drôle d’école. Une école sans visage, sans sourire, sans grimace. Et tout ne repose plus que sur notre regard… Mais le regard c’est parfois tellement dur à soutenir, alors quand il n’y a que ça, on se sent trop vulnérable. C’est tellement angoissant tout ça !! Et je pense à ceux pour qui c’est la première année : déjà que tu es un inconnu dans une foule au début, mais là, t’es inconnu ET invisible ! Ça va être trop dur !

Oui, ça va être dur, mais tu sais, je voudrais déjà te rassurer : toutes tes réflexions, tes interrogations, tous ce stress qui va et vient en toi, c’est NORMAL ! Ça bouscule tellement nos habitudes toutes ces règles sanitaires, ça provoque tellement d’inconnu que ça ne peut pas nous laisser indifférent. Mais ce qui est sûr aussi, c’est que tu as les ressources en toi pour traverser tout cela. Et ta première richesse, c’est ta créativité. Tu ne peux plus utiliser tes mains ou ton visage pour saluer et entrer en relation avec tes amis ? Mais heureusement, ton corps n’est pas fait que de deux mains et d’une tête ! Habite ton corps autrement, invente de nouveaux langages avec tes amis pour communiquer et partager des moments de complicité.

Partage tes idées en commentaires pour encourager tous ceux qui veulent consolider leurs liens d’amitié en dépit du COVID !